Un ministre volontaire de Scientologie raconte son expérience dans l’unité de soins intensifs d’Haïti

Elena

Elena, ministre volontaire de Scientologie, qui a quitté récemment Haïti et est rentrée chez elle aux États-Unis, raconte son expérience du travail de nuit dans l’unité de soins intensifs de l’Hôpital général.

« Il y avait une vieille dame qui était si mince qu’on pouvait compter ses os. Elle ne se portait sans doute pas très bien avant le tremblement de terre, et même si elle n’avait pas de problème médical particulier, le médecin décida de la garder à l’hôpital, craignant qu’elle ne décède s’il la laissait partir. Elle était couchée dans son lit, les yeux fermés, ne mangeant rien et ne réagissant à rien. Je la tenais et je lui donnais à manger, petit morceau par petit morceau, en espérant que ça allait l’aider.

« Quand je suis revenue le lendemain, la première chose que j’ai vue, c’était cette femme, assise dans son lit, les yeux grand ouverts. Je lui ai souri, elle m’a adressé un sourire en retour. Elle était bien partie pour se rétablir.

« Une nuit que nous étions à l’hôpital en train d’attendre que le bus nous ramène à notre camp, deux hommes sont arrivés sur une moto avec un gamin inconscient entre eux. Ils l’ont laissé tomber à nos pieds en nous disant « faites ce que vous pouvez pour lui », et ils sont repartis. Il avait l’air d’avoir à peu près 10 ans. Il respirait à peine. Nous sommes partis en courant chercher l’aide d’un médecin, qui a mis une perfusion à l’enfant. Je tenais le garçon quand il a soudain ouvert les yeux et m’a adressé un grand sourire. Il était bien vivant. Encore une autre personne à l’article de la mort qui s’en est sortie. »