Un ministre volontaire de Scientologie parle de l'aide apportée aux victimes du tremblement de terre à Haïti

Karen Farrell, sage-femme et ministre volontaire de Scientologie, vit en Nouvelle-Angleterre. Quand elle a entendu parler du tremblement de terre en Haïti le 12 janvier, sa première pensée fut qu’elle devait aider. Quatre jours plus tard, elle était à Port-au-Prince avec l’équipe de secours aux sinistrés, composée de médecins, d’infirmiers, de personnel paramédical et de ministres volontaires. A New York, ils étaient montés à bord d’un charter affrété par l’Église de Scientologie le 16 janvier afin d’amener du personnel médical et des fournitures à Haïti.

Karen confiant à une mère son nouveau-né.

Karen a été affectée à l’hôpital public, où les installations étaient très insuffisantes pour des médecins et des infirmiers travaillant désespérément afin d’aider le plus grand nombre de victimes du tremblement de terre. Débordés par le nombre de blessés, le personnel médical ne pouvait guère s’occuper des femmes enceintes.

La Croix-Rouge norvégienne a mis en place une petite unité d’obstétrique et de chirurgie de fortune et a accueilli les sage-femmes et les médecins nouvellement arrivés d’Amérique.

Karen et un obstétricien haïtiano-américain de l’Association des Médecins haïtiens à l’étranger, arrivé par le même vol, ont mis en place une salle de travail et d’accouchement rudimentaire que Karen a qualifié d’« archaïque », et ils ont commencé à y faire entrer les femmes.

Après une garde de douze heures, le personnel d’obstétrique épuisé a commencé à partir se coucher. En l’absence de médecin de garde, Karen a décidé de rester. Une heureuse décision. Karen a mis deux bébés au monde cette nuit-là.

Le premier bébé était une fille que sa mère a appelé « My Love ». Le second est né d’une jeune fille de 16 ans, mère pour la première fois. Seule, sans sa famille ni son père, la jeune mère était épuisée et terrifiée. « Je l’ai tenue dans mes bras pendant un long moment, en la berçant », raconte Karen. « Après huit heures, nous avons enfin pu la mettre dans une pièce qui avait l’électricité (oui, nous étions dans l’obscurité tout ce temps). J’ai dû lui montrer comment pousser et arriver à me faire comprendre. » Avec l’aide d’un interprète, elle a dit à la jeune fille : « Soyez forte et accouchez maintenant ! »

Une autre nuit, six femmes étaient dans la salle de travail et deux d’entre elles étaient des cas compliqués. Karen pouvait juste espérer que le personnel d’obstétrique arriverait à temps pour faire l’accouchement des bébés. Puis, à l’aube, un autre tremblement de terre frappa. La panique s’empara de l’hôpital. Certains patients, oubliant que leurs membres avaient été amputés, essayèrent de se lever et de s’enfuir. Des personnes qui étaient trop malades pour se déplacer essayaient de se lever et de sortir du bâtiment.

« Les gens hurlaient et tout le bâtiment tremblait », a déclaré Karen. La salle de travail et toutes les patientes d’obstétrique se trouvaient eu sous-sol, et Karen savait que si le bâtiment s’effondrait, ils seraient tous pris au piège.

Elle s’est précipitée, avec les étudiants en médecine et le personnel militaire, pour évacuer les patientes du sous-sol et des salles, les transportant à l’extérieur et les plaçant sur un terrain loin du bâtiment instable de l’hôpital.

Certains n'ont pas pu supporter ce déplacement. Un jeune homme est mort, car son réservoir d’oxygène a dû être coupé pour pouvoir le bouger. L’infirmière qui l'accompagnait était en état de choc et incapable de bouger. Karen a rapidement mis en pratique sa formation de ministre volontaire aux situations d'urgence, qui permet d’orienter une personne dans son environnement immédiat, et l’infirmière, tout juste sortie de son état de choc, a dit : « OK, on a beaucoup de travail à faire », puis elle est retournée travailler, afin de mettre les patients en sécurité.

Au milieu de la mort et de la destruction, l’une des femmes a commencé à accoucher. Les femmes haïtiennes à proximité de la future mère ont commencé à chanter. Quand le bébé apparut, quelqu’un cria : « Un bébé est né ! Il y a de l’espoir dans ce monde. »

Karen espérait toujours que les deux cas difficiles n’accoucheraient pas avant que l’obstétricien ne revienne. Alors que l’une d’elles était sur le point d’accoucher, son travail a ralenti et l’obstétricien est arrivé à temps pour la faire accoucher par césarienne.

Karen a également aidé des patients qui n’étaient pas dans son service. Beaucoup n’avaient plus de famille, parce que leurs proches étaient décédés ou qu'ils avaient été séparés à cause du tremblement de terre. Karen les a donc réconfortés. « Bien que je ne parle pas le créole, je pouvais m’asseoir avec eux et les écouter parler. Je ne comprenais pas les mots, mais je voulais qu’ils sachent qu’ils n’étaient pas seuls.

« Un homme avait tant de peur dans ses yeux. J'ai mis ma main sur son épaule et je lui ai dit en français "du calme". Je voulais juste lui faire comprendre que quelqu’un était là. Il parlait, parlait et je hochais la tête. Je comprenais assez pour savoir qu’il souffrait beaucoup et qu’il était terrifié. Il pensait qu’il était en train de mourir. J’ai pris un chiffon humide et froid et j’ai essuyé son visage et sa nuque.

« La confusion régnait, y compris dans la zone où les médicaments sont conservés, et les médecins perdaient un temps précieux à essayer de trouver le bon médicament pour cet homme. Je leur ai dit que j’allais le chercher pour qu’ils puissent continuer à s’occuper de leurs patients. Je l’ai finalement trouvé, ils lui ont donné et il a guéri. Il a réussi. »

Karen est rentrée chez elle à Boston après une semaine, pour reprendre son travail. En une semaine à Haïti, elle a mis elle-même six bébés au monde et a aidé une autre personne à accoucher. Elle dit que cette expérience l’a changée et qu’elle ne sera plus jamais la même.