Interview du responsable de la tournée caritative des ministres volontaires de Scientologie en Inde — Première partie

Mme Marion Whitta, responsable de la Tournée caritative des ministres volontaires de Scientologie en Inde, qui est d’origine australienne, est devenue une véritable institution en Inde. Depuis 4 ans, elle a voyagé dans tout le pays pour apporter de l'aide dans les villes, les villages et les bidonvilles. Elle a ainsi formé des dizaines de milliers de personnes à la technologie spirituelle développée par  Ron Hubbard.

Mme Whitta nous dit ce qu'elle pense de l’Inde et du programme des ministres volontaires de Scientologie :

Q : Comment avez-vous été amenée à prendre la direction de la Tournée caritative des ministres volontaires de Scientologie en Inde ?

M. W. : J’ai toujours voulu aller en Inde. J’étais attirée par l’héritage spirituel de ce pays, qui a la plus ancienne tradition religieuse sur Terre. J’ai aussi été inspirée par le Mahatma Gandhi, l’homme lui-même, son courage et son attachement aux droits de l’Homme et à la liberté.

Donc, en 2005, lorsque qu’on m’a donné l’occassion d’aller en Inde, j’ai été ravie de rejoindre des gens qui étaient déjà conscients de leur nature spirituelle et de faire connaître la technologie spirituelle de Ron Hubbard à plus d’un milliard de personnes.Je disposais de l’outil parfait pour le faire, le programme des ministres volontaires de Scientologie et son objectif de venir en aide partout et n’importe où.

Q : Que pouvez-vous nous dire sur la tournée caritative ?

M. W. : Depuis notre arrivée en septembre 2005, nous avons été à Delhi, Lucknow, Calcutta, Mumbai, Bangalore, Mysore, Ooty, Pondichéry et Ahmedabad. Nous avons également visité de nombreux villages et bidonvilles, et nous avons même passé quelques semaines au Népal tout proche.

Dans chaque ville où nous nous rendons, nous contactons les responsables politiques, religieux et associatifs, afin de savoir ce qu’ils considèrent comme étant les besoins les plus urgents, pour lesquels nous pouvons apporter notre aide. Nous adaptons donc notre travail aux besoins de la population dans chaque région.

Dans chaque région que nous visitons, nous formons le plus de personnes possible aux techniques des ministres volontaires de Scientologie. Nous organisons ces cours sous notre grande tente jaune et faisons des séminaires et des ateliers dans des universités, des écoles, des administrations, des services de police, des camps militaires et même dans des appartements, partout où les gens veulent apprendre à aider les autres, et où l’aide est nécessaire.

Une fois que les gens ont appris ces techniques, pratiquement tout le monde veut devenir ministre volontaire et nous les aidons à créer leurs propres groupes. Ces groupes, à leur tour, s’adressent à ceux qui sont dans le besoin. Par exemple, l’an dernier, notre groupe de Kolkata a mobilisé une équipe de bénévoles pour aider les survivants des inondations à Bihar. Après les attentats de Mumbai, des ministres volontaires de toute l’Inde ont afflué pour nous aider dans nos actions de secours suite à cette catastrophe.

Q : Qu’est-ce que le mouvement des ministres volontaires de Scientologie ?

M. W. : Je pense que Ron Hubbard l’a parfaitement décrit en écrivant : « Si une personne trouve à redire à quelque chose, cela implique qu’elle souhaite prendre des mesures à cet égard et qu’elle ferait quelque chose si elle le pouvait. Si un individu n’aime pas le crime, la cruauté, l’injustice et la violence de cette société, il peut y faire quelque chose. Il peut devenir un MINISTRE VOLONTAIRE et aider à civiliser cette société, à lui apporter conscience, bonté et amour et à la libérer du calvaire en y instillant confiance, décence, honnêteté et tolérance. »

Deuxième partie